Environnement

Un cercueil en champignons pour restituer les nutriments humains au sol

2020-09-29

Un cercueil en champignons pour restituer les nutriments humains au sol

La nécessité de protéger l’environnement et la rareté des places disponibles créent un défi croissant pour les cimetières. Cependant, une startup néerlandaise semble avoir trouvé la solution. Un groupe de chercheurs a développé Living Cocoon, un cercueil vivant à base de champignons, qui renvoie les nutriments humains dans le sol, contribuant ainsi à la décomposition du corps et à l’enrichissement du sol.

caixao vivo 1 - cercueil en champignons

Ce cercueil à compostage rapide ne met que 2 ans à être complètement absorbé par la terre, car il est fait de mycélium de champignon, une sorte de champignon bactérien. Créé par Startup Loop, dans le cercueil traditionnel, le processus de transformation en compost peut prendre une décennie ou plus, car le bois est verni. Par ailleurs, les métaux et les vêtements synthétiques peuvent prendre encore plus de temps à se désintégrer.

caixao vivo 2 - cercueil en champignons

La structure aide à filtrer les substances toxiques qui sont expulsées du corps humain et fertilise le sol afin que de nouveaux arbres et plantes puissent y pousser, créant ainsi un cycle perpétuel où rien ne se perd, tout est exploité. En outre, la fabrication du cercueil ne prend que sept jours et ne nécessite ni lumière artificielle ni électricité.

 

Mis au point par Bob Hendrikx, de l’université technique de Delft, le cercueil naturel rendra, selon lui, le processus de décomposition du corps humain beaucoup plus rapide et plus durable. Après une série de tests, le premier lot de cercueils a déjà été utilisé. En plus des dix structures construites pour la première phase de test, de nouveaux cercueils sont déjà en cours de développement en collaboration avec deux entreprises funéraires néerlandaises, Cuvo et Laatste EER.

caixao vivo 3 - cercueil en champignons

Hendrikx explique que le mycélium est si efficace qu’il est utilisé pour manger les radiations de Tchernobyl : « Le mycélium est constamment à la recherche de déchets à convertir en nutriments pour l’environnement. Il fait de même avec les substances toxiques, notamment le pétrole, le plastique et le métal. Par exemple, le mycélium a été utilisé à Tchernobyl, il est utilisé à Rotterdam pour nettoyer les sols et certains agriculteurs l’appliquent également pour rendre les terres à nouveau saines », a-t-il expliqué.

 
Photos : divulgation Loop

 

Vous avez aimé cet article ?

Suivez-nous sur Instagram.

Rejoignez-nous sur Facebook.

Abonnez-vous à notre chaîne  Youtube.

Commentaires Facebook