Environnement

Des mini-forêts comme solution pour restaurer la biodiversité de la planète

2020-06-23

Des mini-forêts comme solution pour restaurer la biodiversité de la planète

Dans les années 1970, le botaniste japonais Akira Miyawaki a réalisé que les arbres qui entourent les sanctuaires bouddhistes du Japon étaient autrefois indigènes, bien adaptés au sol et au climat des îles du Japon. C’est alors qu’il a commencé à restaurer la biodiversité de son pays grâce aux mini-forêts. Aujourd’hui, près de 5 décennies plus tard, plusieurs pays d’Europe ont commencé à s’inspirer de sa méthode, qui est la clé de la restauration de la biodiversité sur la planète.

mini florestas europa 1 - mini-forêts

Aussi productives et diverses que les forêts sauvages, les mini-forêts s’implantent dans les paysages urbains et ont la taille d’un court de tennis. L’idée est que, grâce aux plantes indigènes, nous pouvons créer un petit écosystème fonctionnel capable de restaurer le sol, de protéger les ressources telles que la qualité de l’eau et de l’air et d’agir comme un centre de biodiversité locale.

mini florestas europa 2 - mini-forêts

Connue sous le nom de méthode Miyawaki, cette pratique est efficace pour restaurer les forêts indigènes sur des terres dégradées ou déboisées, dépourvues d’humus. Sur la base de ce principe, les Japonais ont créé plus de 1 700 forêts dans toute l’Asie, dont 96,7 % sont devenues un écosystème résilient en moins de 10 ans.

mini florestas europa 3

En raison de sa petite taille, sa méthode se développe 10 fois plus vite et a un potentiel de biodiversité jusqu’à 20 fois supérieur à celui des forêts contemporaines. Considérée comme parfaite, la méthode Miyawaki lutte contre le changement climatique, offre des villes plus agréables aux gens et attire les petits animaux et les insectes pollinisateurs aux endroits où sont installées les mini-forêts.

mini florestas europa 4

Récemment, le projet français Urban Forests a planté à Toulouse une mini-forêt de Miyawaki contenant 22 espèces et 1 200 arbres. La superficie n’est que de 400 mètres carrés ; c’est la première forêt de ce type en ville. Selon une volontaire, Audrey, les plantations denses encouragent la coopération entre les espèces : « Elles capturent plus de CO2 et les arbres poussent jusqu’à dix fois plus vite que dans une forêt classique », explique-t-elle.

mini florestas europa 5 - mini-forêts

Au total, les forêts de Miyawaki en Belgique et en France représentent plus de 21 000 arbres sur plus de 7 000 mètres carrés. En 2017, des écologistes de l’université de Wageningen, aux Pays-Bas, ont examiné les mini-forêts récemment plantées et ont conclu qu’elles augmentaient la biodiversité de la région, tout en offrant une plus grande variété de nourriture et d’abris à une grande diversité d’animaux, tels que les insectes, les escargots, les papillons, les amphibiens et les criquets.

mini florestas europa 6

Dans une étude récente publiée par l’ONU, il est prédit que d’ici 2050, environ 70 % de la population mondiale vivra dans des centres urbains. Les mini-forêts sont des couloirs de vie sauvage et peuvent transformer ces villes en des zones plus durables avec plus de biodiversité que ce que nous voyons aujourd’hui.

 

Photos : UrbanForestsEurope

 

Vous avez aimé cet article ?

Suivez-nous sur Instagram.

Rejoignez-nous sur Facebook.

Abonnez-vous à notre chaîne  Youtube.

Commentaires Facebook