Santé

Des scientifiques recréent la médecine médiévale pour lutter contre les superbactéries

2020-08-03

Des scientifiques recréent la médecine médiévale pour lutter contre les superbactéries

La médecine et l’avenir même de l’humanité ont changé lorsque, en 1928, le médecin et bactériologiste écossais Alexander Fleming a découvert la pénicilline. Cependant, près de cent ans plus tard, des scientifiques de l’université de Nottingham, au Royaume-Uni, ont décidé de recréer un médicament courant au Moyen-Âge et de le tester contre des superbactéries que nous avons du mal à traiter, aujourd’hui encore.

Bald’s eyesalve livro - médecine médiévale contre les superbactéries

L’étude a été publiée la semaine dernière dans Scientific Reports et le remède médiéval est connu sous le nom de « collyre pour chauve », ou « gouttes pour les yeux des chauves », en traduction libre. Fabriqué à partir d’oignons, d’ail, de vin et de sels biliaires, il est utilisé depuis plus de 1000 ans pour traiter les infections et s’est révélé efficace contre les superbactéries actuelles.

remedio super bacteria idade media 1 - médecine médiévale contre les superbactéries

La formule a été trouvée par Freya Harrison, de l’Université de Warwick, à la British Library dans l’un des premiers textes médicaux connus. Après de nombreux tests, l’équipe a prouvé que l’ancien médicament agit contre divers types de bactéries qui ont tendance à former des « biofilms » dans les plaies. Les biofilms sont des communautés de bactéries qui produisent une matrice extracellulaire protectrice et sont généralement ultra résistantes aux antibiotiques.

superbactéria

Les recherches montrent que les superbactéries résistantes pourraient tuer plus de 10 millions de personnes d’ici 2050, ce qui montre l’importance de cette découverte. La chercheuse Jessica Pardoe, l’une des auteurs de l’étude, définit cette découverte comme « d’une importance fondamentale », car les infections associées aux biofilms représentent un énorme défi pour la science. L’étude a également révélé que la puissante activité antibiotique du « collyre pour chauve » ne peut être attribuée à un seul ingrédient, mais à la combinaison de tous les ingrédients de l’ancien médicament.

alho
 
Photos 1 et 2 : divulgation Université de Warwick
Photos 3 et 4 : Unsplash

 

Vous avez aimé cet article ?

Suivez-nous sur Instagram.

Rejoignez-nous sur Facebook.

Abonnez-vous à notre chaîne  Youtube.

Commentaires Facebook