Inspiration

Ils ont installé une balançoire sur le mur qui sépare les États-Unis du Mexique afin que les enfants puissent jouer

09/08/2019

Ils ont installé une balançoire sur le mur qui sépare les États-Unis du Mexique afin que les enfants puissent jouer

Ce pourrait être une scène commune, présente dans n’importe quel parc, partout dans le monde. Mais ça ne l’est pas. En période de violence, d’intolérance et de xénophobie, cela nous rappelle quelque chose que beaucoup de gens méprisent. Il n’y a pas de fanatisme, de politique séparatiste ou d’autoritarisme qui puisse effacer ce qui est le plus intrinsèque à un être humain : la pureté et la véritable empathie d’un enfant. La semaine dernière, des artistes ont installé une balançoire sur le mur séparant les États-Unis du Mexique afin que les enfants puissent y jouer. Ronald Rael, professeur d’architecture à l’Université de Californie à Berkeley, a eu l’idée de construire ce Teeter-Tooter Wall.

 

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

One of the most incredible experiences of my and @vasfsf’s career bringing to life the conceptual drawings of the Teetertotter Wall from 2009 in an event filled with joy, excitement, and togetherness at the borderwall. The wall became a literal fulcrum for U.S. – Mexico relations and children and adults were connected in meaningful ways on both sides with the recognition that the actions that take place on one side have a direct consequence on the other side. Amazing thanks to everyone who made this event possible like Omar Rios @colectivo.chopeke for collaborating with us, the guys at Taller Herrería in #CiudadJuarez for their fine craftsmanship, @anateresafernandez for encouragement and support, and everyone who showed up on both sides including the beautiful families from Colonia Anapra, and @kerrydoyle2010, @kateggreen , @ersela_kripa , @stphn_mllr , @wakawaffles, @chris_inabox and many others (you know who you are). #raelsanfratello #borderwallasarchitecture #teetertotterwall #seesaw #subibaja

Une publication partagée par Ronald Rael (@rrael) le

 

La première ébauche de la bascule binationale a été publiée en 2009 dans le livre « Borderwall as Architecture », qui utilisait l’humour et l’inventivité pour remédier à la futilité de la construction de ces clôtures. Dix ans plus tard, ses dessins conceptuels sont devenus réalité. Installé entre Sunland Park au Nouveau-Mexique et Ciudad Juárez au Mexique, il ne pouvait y avoir de geste aussi fort pour traiter un sujet aussi douloureux.

gangorra muro 1

Le jour de l’installation, les gens des deux côtés se sont regroupés dans un acte unificateur. Dans une vidéo publiée sur son compte Instagram, le professeur ne cache pas son émotion: « Les enfants et les adultes ont été significativement connectés de part et d’autre de la barrière par le simple fait que les actions d’un côté ont des conséquences directes sur l’autre côté ».

gangorra muro 2

Le mur de séparation a été construit en 1994 dans le cadre d’une politique contre l’immigration clandestine et le trafic de drogue. Tout au long de sa campagne présidentielle de 2016, Donald Trump a appelé à la construction d’un mur fortifié beaucoup plus grand et a affirmé que le Mexique paierait pour celui-ci. C’est une question controversée qui nous amène à nous interroger sur les frontières et les politiques migratoires. Après d’innombrables guerres et vies perdues, cette image nous rappelle que s’il y a bien quelque chose de grand dans tout cela, ce sont l’empathie, la générosité et l’affection. Et, il n’existe pas de mur pour les détruire.

gangorra muro 3 gangorra muro 3

 

Photos : Instagram

 

Vous avez aimé cet article ?

Suivez-nous sur Instagram.

Rejoignez-nous sur Facebook.

Abonnez-vous à notre chaîne  Youtube.

Commentaires Facebook