Environnement

La qualité de l’air s’améliore de 60% avec le monde en quarantaine

14/05/2020

La qualité de l’air s’améliore de 60% avec le monde en quarantaine

Nous savons que la quarantaine aura de nombreuses conséquences désastreuses sur l’économie mondiale, mais après plus de 2 mois d’isolement social, nous avons également quelques retombées positives, la première étant la qualité de l’air. Deux études publiées dans la revue universitaire américaine Geophysical Research Letters, montrent que la pollution au dioxyde d’azote dans le monde a diminué jusqu’à 60% sur ce début d’année, par rapport à la même période l’année dernière. La question que nous devons nous poser à partir de maintenant est la suivante : le monde doit-il vraiment revenir à la « normale » ?

poluição do ar 1 - qualité de l'air

Le dioxyde d’azote provient des gaz émis par les véhicules, les usines et les industries, mais depuis la réduction drastique des activités, le monde respire mieux. Les chercheurs ont déclaré qu’il n’y a aucun moyen de garantir le maintien de ces faibles niveaux après la fin des mesures de distanciation sociale. 

poluição do ar 3 - qualité de l'air

Une telle baisse des émissions n’a jamais été observée depuis que la qualité de l’air a commencé à être surveillée dans les années 1990. Selon la scientifique Jenny Stavrakou – co-autrice d’une des études, la pollution au dioxyde d’azote a diminué en moyenne de 40 % dans les villes chinoises et de 20 à 38 % en Europe occidentale et aux États-Unis pendant le blocus de 2020, par rapport à la même période en 2019.

poluição do ar 2

Les scientifiques ont constaté que la pollution par les particules a diminué de 35 % en moyenne et le dioxyde d’azote de 60 % en moyenne après le début des blocages. Certains pays d’Europe ont décrété la fin de la quarantaine, ce qui signifie que les choses vont bientôt revenir à la normale. Cependant, certaines entreprises étudient la possibilité de maintenir leurs employés à domicile, même après la fin de la pandémie.

qualité de l'air
Pollution de l’air à São Paulo, avant et après la quarantaine

C’est non seulement une façon d’assurer une plus grande productivité et une meilleure qualité de vie aux employés, mais aussi de réduire les déplacements dans les villes, ce qui aura également des répercussions sur les niveaux de pollution. Après presque 6 mois de pandémie, nous espérons que le monde aura appris à mener une vie plus durable et moins consumériste, la nature et nos poumons en seront reconnaissants !

 

Photos de 1 à 3 : Unsplash
Photo 4 : Ignacio Aranovich/ Lost Art

 

Vous avez aimé cet article ?

Suivez-nous sur Instagram.

Rejoignez-nous sur Facebook.

Abonnez-vous à notre chaîne  Youtube.

Commentaires Facebook