Femmes

Survivante du cancer, elle devient la première femme à réaliser un triathlon de plus de 500 km

2020-09-15

Survivante du cancer, elle devient la première femme à réaliser un triathlon de plus de 500 km

Le sport nous apprend beaucoup de choses, dont le vrai sens du mot « vaincre ». Après 5 jours d’un triathlon épuisant, sans dormir et presque sans manger, Andrea Mason a été la première femme à relever un défi de plus de 530 kilomètres. Ceux qui l’ont vue franchir la ligne d’arrivée imaginaire et défier les limites de son propre corps peuvent cependant difficilement imaginer qu’en 2017, on lui a diagnostiqué une endométriose sévère et un cancer du col de l’utérus.

sobrevivente cancer mulher triatlo 1 - première femme triathlon 500 km

Le défi était insensé, mais son bonheur de franchir la ligne d’arrivée lui a fait comprendre qu’elle ne célébrait pas seulement la fin de la course, mais aussi sa propre vie. Elle s’était lancée seule le défi et au lieu de rivaliser avec d’autres personnes, Mason était en compétition avec elle-même. La course a débuté dans les Alpes françaises et comprenait le tour du lac d’Annecy à la nage, puis un parcours à vélo et une course à pied jusqu’au Mont Blanc, le deuxième sommet le plus haut d’Europe.

sobrevivente cancer mulher triatlo 2 - première femme triathlon 500 km

Après s’être lancée à 06h15, un vendredi, la femme de 39 ans a lutté contre de fortes douleurs et des hallucinations, mais a continué, jusqu’à ce qu’elle parvienne à terminer la course en un temps impressionnant de quatre jours, 23 heures et 41 minutes. Et la raison qui l’a poussée à relever un défi aussi difficile ne saurait être plus authentique : après une opération réussie, elle espère maintenant sensibiliser les gens à la santé génésique des femmes et, en particulier, à l’endométriose. Née dans le Lancashire, en Angleterre, elle a simplement déclaré : « Je me sens heureuse, épuisée et soulagée ». L’année dernière, Andrea a créé sa propre association caritative, Lady Talk Matters, dans le but de normaliser la conversation sur les questions de reproduction des femmes.

sobrevivente cancer triatlo 3

Andrea a toujours été une sportive de haut niveau, et elle a participé à sa première compétition alors qu’elle n’avait que 4 ans. Mais l’impact d’une course de plus de 500 kilomètres était tout autre : « C’était plus important que ce que j’imaginais, l’impact sur mon corps était énorme, mais chaque fois que j’avais envie de m’arrêter et que je pensais à abandonner, je me rappelais pourquoi je le faisais », explique-t-elle. « J’ai pensé à toutes les femmes qui souffrent ou qui n’ont pas encore été diagnostiquées. C’est pourquoi je n’ai rien lâché ». 

 

Photos : SWNS

 

Vous avez aimé cet article ?

Suivez-nous sur Instagram.

Rejoignez-nous sur Facebook.

Abonnez-vous à notre chaîne  Youtube.

Commentaires Facebook